Christ offert, Christophe

Les 24 heures de La Salle restent gravées dans la mémoire des paroissiens et des voisins de la Paroisse Saint-Jean-Baptiste de La Salle. L’effort conjoint de leur intériorité et de leur extériorité dans cette fête nous a fait comprendre que dans la communion eucharistique, le miracle de la multiplication des pains se renouvelle car nous ne communions pas aux miettes qui tombent de la table des enfants, mais le Christ, notre Seigneur, notre Sauveur et notre Frère nous fait communier comme des enfants à la plénitude de l’amour trinitaire.

La foi qui nous porte à reconnaitre le Christ sous les espèces du pain et du vin consacrés pendant la messe est la même qui nous mène à le reconnaitre sous « les espèces » du prochain. Par son incarnation, le Christ a communié le premier aux soucis et aux aspirations de l’humanité  pour les convertir à sa faim et à sa soif. Il a communié le premier à notre vie pour nous rendre capable de communier à la sienne. Et pour perpétuer cette communion, il s’offre à nous sous les espèces des fruits de la terre et de notre labeur.

Ainsi quand nous communions à son Corps et à son Sang, nous recevons le Christ offert à nous et le portons en nous. Non seulement il nous rend capables de nous porter mutuellement, mais aussi de le porter à ceux qui ne le connaissent pas encore par notre vie qui rayonne de sa vie. Quelle joie de porter et de vivre le prénom de Christophe, du grec Χριστοφόρος (Christophóros), qui se traduit, « celui qui porte le Christ » ! Quelle joie de prêter à Dieu notre humanité « pour inonder de divin le monde en vivant chaque jour, comme Jésus Christ au milieu des hommes, l’amour qui élève, qui guérit, qui crée la famille, etc., avec tout ce qui en découle de bénéfique pour l’Église et la société civile » ! (Miloslav Card. Vlk). Quelle joie de le porter aux absents et aux malades !

En tant que prêtre étudiant étranger, je viens de passer trois ans au milieu de vous et avec vous sans me sentir étranger. J’ai été emporté dans votre cœur par votre amour et votre joie de nous voir communier au même Corps du Christ. Paroissiens de Saint-Jean-Baptiste de la Salle, vous ne m’avez pas seulement épaulé, vous m’avez porté sur vos épaules. Non pas seulement parce que le prêtre est un alter Christus, mais parce qu’avec lui, la communauté chrétienne apprend à devenir ce qu’elle célèbre. Maintenant que je dois rentrer pour continuer la mission de l’Église au Rwanda fin août, je vous dis d’avance MERCI de tout mon cœur. Vous serez toujours dans mon cœur, mes pensées et ma prière.

Père Innocent Muvunyi, prêtre étudiant.