Que faut-il faire ?

Le bien !

C’est le secret de la joie intérieure et de la paix du cœur.

Le cœur humain est un cœur pensant. Les idées, pensons-nous, viennent de la tête. Peut-être. Mais les paroles et les actes sont conçus dans le cœur.  « C’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. » Ces paroles sont de Jésus*.

Parce que paroles et actes sont issus du cœur, avant même Jésus la Bible recommande : «Par-dessus tout, veille sur ton cœur, c’est de lui que jaillit la vie. »**

C’est cela qu’il faut faire : veiller sur son cœur. Veiller sur son cœur pour toujours viser le bien. Surtout quand l’inquiétude monte. Et elle monte ! 

Les « révélations » concernant l’Eglise, ses prêtres et tel de ses évêques sont jetées en rafale à tous les vents. Les sentiments en nous  s’agitent et s’entrechoquent, légitimement. Mais, gare : « Par-dessus tout, veille sur ton cœur, c’est de lui que jaillit la vie. »    Au bouillonnement incontrôlable du cœur viendrait s’ajouter la confusion des idées. Confusion et  agitation, parvenues à un certain degré de chauffe, explosent et  libèrent le souffle mortel de la division. Victoire de la mort ! Diviser, c’est tuer. Diviser, c’est régner.

Que faut-il faire ?

Le bien !

« Ne faites violence à personne. N’accusez personne à tort », dit Jean-Baptiste, le précurseur du Christ. Ne jouez pas le jeu de ceux qui vous blessent. Ne répondez pas aux coups avec les moyens de ceux qui frappent.

« Ne soyez inquiets de rien », recommande saint Paul. L’épreuve est là, certes. Personne ne la nie. Mais « Le Seigneur est proche. En toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus » ***

« L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon.» ****

 *Mc 7, 21-23    –  **Pr 4, 23   –  *** Phi 4, 6-7  –   **** Lc  6, 45

Tableau de Claude-Joseph Vernet                                                       Père Patrick O’Mahony curé

(1714 – 1789) – Clair de lune