LA JOIE DE LA FIDÉLITÉ

La collecte de ce dimanche (la prière que le prêtre dit après le Gloria les bras étendus) nous invite à revisiter notre joie : « Accorde-nous, Seigneur, de trouver notre joie dans notre fidélité : car c’est un bonheur durable et profond de servir constamment le Créateur de tout bien. Par Jésus le Christ, notre Seigneur, qui vit et règne avec toi, dans l’unité du Saint Esprit, pour les siècles des siècles. Amen ».

Tout d’abord, il serait beau que cette semaine, nous ayons à cœur de découvrir comment Dieu est Le Créateur de tout bien, que ce soit dans notre vie quotidienne, au travail, dans nos foyers, dans nos amitiés… Et que les biens qu’il nous donne ne sont pas un dû, mais un vrai don. C’est pourquoi d’ailleurs le chrétien bénit son repas et rend grâce après. C’est aussi une des raisons de la quête à la messe, l’occasion pour le chrétien d’offrir le fruit de son travail à Dieu, tout en participant à la vie matérielle de sa paroisse.

Ensuite, la collecte affirme que « c’est un bonheur durable et profond de servir constamment » Dieu. Un bonheur de servir car cela répond à ce pour quoi nous sommes créés, à savoir louer, aimer et servir Dieu. Pour le dire autrement : « Tout faire pour la Gloire de Dieu » (1 Co 10, 31). Mais cette gloire de Dieu ne peut se cantonner à un Gloria, le temps d’une messe dominicale. Servir Dieu ne peut se résumer à la messe le dimanche, à une heure par semaine. La gloire de Dieu est à vivre aussi dans notre vie privée, professionnelle, amoureuse, sociale… Servir constamment Dieu, c’est laisser le Christ éclairer notre vie tout entière, entraînant une conversion radicale de notre manière de vivre, une évangélisation profonde de toute notre vie. Et cela passe par trouver notre joie dans notre fidélité.

La fidélité de l’homme, dans sa relation à Dieu et aux autres, n’est pas d’abord liée à une crispation héroïque de la volonté ni à une décision prise à la force du poignet. Elle est un effet de la grâce de Dieu en nous, un fruit de son amour. Nous pouvons être fidèles parce que Dieu lui-même est fidèle et soutient notre propre fidélité. Cette dernière n’est pas un long fleuve tranquille, elle suppose un combat spirituel. La tentation peut parfois être forte de quitter la source d’eau vive pour aller boire à d’autres points d’eau. Dieu ne disait-il pas à propos de son peuple, sous la plume du prophète Jérémie : « Ils m’ont abandonné, moi la Source d’eau vive, pour se creuser des citernes crevassées qui ne tiennent pas l’eau » (Jr 2, 13). Loin d’être une nostalgie paralysante qui nous rendrait prisonniers du passé, la fidélité est une œuvre créatrice qui se vit dans le présent et nous tourne vers l’avenir, tout en restant orientés vers Dieu. Elle ne s’enferme pas dans le conservatisme ou la répétition de l’identique. Mais elle se vit dans une actualisation qui crée du neuf. La fidélité est créatrice. La fidélité est inventive. La fidélité est source de Joie.

Abbé Bruno de Mas Latrie, vicaire