17 décembre – 3e dimanche de l’Avent dit de “Gaudete”

Une joie à partager

 Aujourd’hui, dans l’Église, nous célébrons le dimanche de « Gaudete ». Ce mot latin inaugure l’antienne d’ouverture qui résonne dans certaines abbayes, ouvrant ce troisième dimanche de l’Avent et qui nous invite à une chose bien particulière : « Soyez dans la joie du Seigneur, soyez toujours dans la joie, le Seigneur est proche. »

Dans l’année, les quatre semaines précédant Noël correspondent à l’Avent, attente joyeuse de la célébration de la naissance de Jésus. Cette période est là pour préparer notre cœur à Sa venue, pour nous réveiller dans notre vie spirituelle, pour convertir notre cœur, d’où la couleur violette de la chasuble du prêtre. Mais aujourd’hui, c’est le « dimanche en rose ». L’espace d’un dimanche, nous quittons le violet pour nous rapprocher du blanc, qui sera utilisé pour célébrer Noël. Que ce soit l’oraison, les chants, la première lecture d’Isaïe, le vibrant appel à la joie de la deuxième lecture, ou encore la figure de Jean-Baptiste dont la joie consiste à rendre témoignage à Jésus… tout pousse à la joie ! Mais pourquoi la joie ?

Tout simplement parce que nous allons bientôt fêter Noël. Cela n’a rien à voir avec l’allégresse mondaine et mercantile du moment, ni avec une sorte de méthode Coué. C’est quelque chose de plus profond. Ici, il s’agit de la joie que Dieu nous procure et qui vient de l’intérieur. Cette joie, c’est celle de se rendre compte que Dieu est venu lui-même jusqu’à nous, il y a 2017 ans, en épousant notre humanité. Comment ne pas être joyeux ?

Le problème bien souvent, c’est que nous doutons de l’Amour de Dieu pour nous et l’on se pose cette question : est-ce que finalement Dieu veut vraiment mon bonheur ? Mais soyons-en sûr, nos tristesses, nos difficultés, nos peurs, rien ne nous séparera de l’Amour de Dieu. La joie chrétienne ne vient pas de ce que nous faisons ni de ce que nous vivons, mais de ce que nous sommes : des fils et des filles aimés personnellement de Dieu. Notre joie tient son origine du fait que nous savons que Dieu est toujours là. Et si c’est la première fois que vous venez à la messe, sachez que c’est cette joie que nous voulons vous partager, que nous vous invitons à venir goûter, à découvrir, à en vivre.

Que le Seigneur soit votre joie !

Père Bruno de Mas Latrie, vicaire