L’ENFANT, UN DON DE DIEU

L’enfant est le symbole de la disponibilité, de la dépendance, de l’obéissance. Il ne calcule pas, se donne tout d’une pièce, sans discuter, sans épiloguer. Il n’est pas insignifiant, c’est une personne. Créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, l’enfant, comme don de Dieu, a une valeur infinie.

Marie et Élisabeth, dans la péricope de saint Luc que l’Église nous propose en ce 4e dimanche de l’Avent, attendent un enfant. Élisabeth attend son enfant peut-être avec une certaine appréhension compte tenu de son âge. Marie, quant à elle, est encore bouleversée par l’annonce de l’ange. Nous aussi, nous sommes tous en attente de la venue en nous du Dieu d’amour, de celui qui nous aime. Cette rencontre entre Marie et Élisabeth est l’image même de toute rencontre entre les enfants de Dieu.

La salutation de Marie provoque un changement dans le corps et l’âme d’Élisabeth : « l’enfant tressaillit en elle ». L’invisible, lui, devient alors visible et lui met dans la bouche les paroles prophétiques que nous connaissons : « d’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » (Luc 1,43). Les paroles d’Élisabeth permettent à Marie de comprendre que l’enfant qu’elle porte et que nous allons adorer la nuit de Noël, est un don de Dieu. Cet enfant témoigne que Dieu a voulu être proche de chacun de nous.

En tant que chrétiens, nous sommes appelés à annoncer ce Messie-Enfant qui pose un regard neuf sur le monde. Certes, cela est difficile à annoncer dans une société où l’arrivée d’un enfant est de moins en moins perçue comme don de Dieu. Cet enfant de Bethléem nous interpelle sur le sens du monde que nous construisons, sur le sens de nos vies, de nos entreprises humaines.

À travers ce Messie qui n’est pas encore né, c’est Dieu qui vient visiter son peuple. Nous sommes tous appelés en ce temps de l’Avent à comprendre que nous avons besoin les uns des autres pour découvrir qui nous sommes et nous confirmer dans notre vocation de fils et filles de Dieu, de frères et sœurs les uns des autres.

Père Stéphane Nzobanga