1er octobre – 26e dimanche du temps ordinaire

Q.C.M. évangélique ?

L’Évangile de ce dimanche, selon Saint Matthieu, pourrait ressembler à un QCM, mode bien connu de vérification de la bonne acquisition de connaissances.

Un homme avait deux fils à qui il demande d’aller travailler à sa vigne :

Le premier dit oui et n’y va pas, le second dit non, puis se ravise et finalement y va : lequel des deux est un bon fils ? Cochez la bonne case…

Et bien non, aucun QCM ne peut rendre compte de la vérité de chacun d’entre nous. Toutes sortes d’analyses et de statistiques incitent à mettre les personnes dans des cases, qui deviennent autant de cages. Or, « la vérité vous rendra libres » (Jn 8, 32).

Au centre de l’Évangile de Matthieu, il y a le mouvement : celui du fils qui dit oui mais ne fait pas ce qu’il dit, et celui du fils qui change d’avis, après avoir d’abord dit non. Pourquoi, sous quelle influence le premier a-t-il trahi sa parole ? Grâce à quelle réflexion, à quelle rencontre le second éprouve-t-il un repentir qui lui permet de rejoindre la volonté de son père ?

Et nous, que savons-nous de nos tergiversations ? Quelles sont les peurs qui nous font reculer ? Avons-nous identifié les élans du cœur et les mains tendues qui nous font avancer ?

Tout au long d’ « Amoris Lætitia », le pape nous rappelle avec insistance que Dieu est miséricorde, selon la belle formule du psalmiste : Dieu est tendresse et bonté, riche en miséricorde et plein d’amour. Chacun des deux fils est aimé du Père ! Chacune de nos hésitations et de nos joies sont vues par lui avec amour.

Si le Père nous appelle à le servir, n’ayons pas peur de dire « Oui » comme Marie. Telle une étoile, elle nous conduit sur le chemin. Avec Marie nous pourrons nous exclamer, émerveillés : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon sauveur ».

Xavier Riffaud, diacre