20 mai 2018 – Pentecôte

Viens, Esprit Saint.

En recevant l’Esprit Saint,  les disciples de Jésus sont introduits au cœur même du mystère trinitaire. Car l’Esprit vient du Père et glorifie le Fils (évangile). Il couronne la Révélation en permettant aux croyants d’entrer plus profondément dans l’intelligence de l’enseignement du Christ. Il accompagne l’humanité en chemin vers le Royaume, il guide et il conseille, il console et il fortifie.

L’Esprit déploie d’abord sa puissance au service de la mission. Il témoigne de l’identité de Jésus et il rend les disciples capables d’en témoigner à leur tour, ce qui a lieu la première fois d’une façon spectaculaire le jour de la Pentecôte (1ère lecture). Douze hommes galiléens peuvent « parler des merveilles de Dieu » à une foule cosmopolite. Chacun entend « dans son propre dialecte, sa langue maternelle » ce que Dieu veut lui dire. C’est l’inverse du vieil épisode de la tour de Babel : au lieu d’une langue unique qui s’impose de façon totalitaire, l’unité de la famille humaine se manifeste dans le respect de la diversité des peuples et des cultures.

La puissance unificatrice de l’Esprit se manifeste aussi dans le cœur de chaque croyant, là où se déroule le combat avec « les convoitises de la chair », c’est-à-dire les débats désordonnés liés au péché et à la faiblesse de l’homme (2ème lecture). Au contraire, LE fruit de l’Esprit répond magnifiquement aux aspirations profondes de l’homme : « amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité ». Il inspire des comportements justes et vrais, si bien que Saint Paul peut conclure : « Puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit ».

En ce jour saint, nous partageons la louange et l’allégresse du psalmiste : « Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand ! Quelle profusion dans tes ouvres, Seigneur ! ».

Père Didier Le Riche, vicaire.