Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi.

« C’est comme ça. Qu’y pouvons-nous ? » «  Ainsi va le monde, on n’y peut rien. »

Ces propos sont-ils résignés, défaitistes, simplement réalistes ou carrément fatalistes ?

La banalité d’un monde où « les grands font sentir leur pouvoir » est-elle une fatalité ?

« Non ! », dit Jésus. Pas question de céder à cette facilité. « Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi ».

« Parmi vous », c’est-à-dire « parmi nous » qui vivons ici, à Paris, en 2018, en disciples du Christ.

Parmi nous, personne ne doit « faire sentir son pouvoir », quel qu’il soit. L’Évangile ne connaît d’autre pouvoir que celui du service.

Que peut un responsable de quoi que ce soit dans l’Église, quel est son pouvoir ? Il peut servir. C’est tout ce qu’il peut. Il a le devoir de restreindre son pouvoir à un service. Le pouvoir de servir, telle est la seule puissance admise par l’Évangile. Tout homme, toute femme est devant son Seigneur et en face des autres en position de serviteur, de servante. Tout homme prétendant s’élever, par le pouvoir,  sera abaissé. Tout homme comprenant qu’aimer, c’est servir ;  et que servir, c’est s’abaisser, sera élevé.

L’abus de pouvoir, particulièrement sur les consciences, nous prévient le pape François, est aussi grave que la pédophilie. Aussi manifestement antiévangélique. Moins perceptible, pourtant. Il procède néanmoins de la même source. Il est le dérivé du cléricalisme, dit-il. Le cléricalisme est répandu chez les clercs, mais aussi chez les laïcs. C’est l’attitude de celui qui « fait sentir son pouvoir » là où il en a, dès qu’il en a. Ou croit en avoir. Parce qu’il confond son service avec un « pouvoir ». Il oublie que rien ne lui est dû ; que son service est une mission, une gérance dont il doit rendre compte. Dans une communauté chrétienne fidèle aux exigences de l’Évangile, il ne devrait pas y avoir la moindre jalousie, pas la moindre querelle de pouvoir.  « Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi ». Pourquoi ?

Parce que tous, nous sommes appelés à nous « mettre par amour au service les uns des autres. » (Gal 5, 13)

Père Patrick O’Mahony, administrateur