24 septembre – 25e dimanche du temps ordinaire

Mes premiers pas dans la paroisse.

Comme beaucoup d’entre vous, je fus accueilli à Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle  par cette phrase de l’Évangile, qui orne le tableau d’affichage de la paroisse, côté rue Falguière: « Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ? » Ce fut mes premiers pas à la paroisse. À l’époque, je me souviens que je m’étais beaucoup interrogé sur cette question du Christ nous invitant à travailler pour le Royaume de Dieu.

En fait, Sa question n’est pas une option que le chrétien pourrait accepter ou pas. La question n’est pas : « Avez-vous envie de faire quelque chose », mais plutôt : « Pourquoi ne faites-vous rien ? » Cela est une évidence pour le chrétien de travailler avec Lui et pour Lui. Il est bon que cette évidence devienne réelle et active.

J’ai découvert aussi que dans chaque activité de la paroisse, nous avions la joie d’avoir des ouvriers de la première heure qui permettent à la paroisse de poursuivre le travail de la mission. Et en arrivant dans la paroisse, je me suis inscrit dans cette grande dynamique pastorale. Un an après, je continue de me réjouir et le travail ne manque pas.

Cependant, cette question du Christ ne s’adresse pas qu’à un jeune vicaire débarquant, mais à chacun de nous. Et à la paroisse, il y a une place pour chacun. Elle est pour nous et seulement pour nous. Ne laissons pas notre place vacante !

En ce début d’année, l’équipe des prêtres n’a qu’un désir : que chacun de vous trouve pleinement sa place, en fonction de ses besoins, de ses dons et de ses disponibilités. Que chacun reçoive une part de cette joie de suivre le Christ, de cette joie de rejoindre la communauté paroissiale et la mission. Alors posons-nous cette question : j’ai une heure, j’ai deux heures, j’ai plus, que vais-je faire cette année ? Où et comment le Seigneur m’appelle ? Vous n’avez pas d’idée, venez nous voir !

Je me souviens d’un vieux prêtre qui me disait : « le jour de mon ordination, je pensais faire un cadeau à Dieu, mais, 60 ans après, je découvrais que c’était Dieu qui me faisait un cadeau ».

Découvrez la joie de travailler à la vigne du Seigneur et laissez le Christ réjouir votre cœur.

Abbé Bruno de MAS LATRIE, vicaire