RACONTE-MOI TON ÉTÉ…

« Bonnes vacances ; bel été ; bon repos… » . Combien de fois nous plaçons-nous sous ces auspices quand arrive la période estivale !

Mais quels seraient les ingrédients d’un été accompli ? Assurément la rupture d’avec les tâches habituelles est nécessaire ; le travail, les responsabilités, les échéances, les obligations…

Et quelles sont les attentes de chacun à l’approche de cette période aimée ? Sans doute la nouveauté, la découverte et l’émerveillement.

Dans cette perspective, que peut nous faire découvrir notre propre été ? Probablement un temps agréable dans un lieu inhabituel ; peut-être quelque beau paysage, une ambiance délicate, diverses relations… Mais qui me garantira le repos ? Qui me procurera les forces nécessaires à la restauration de mon bien-être ? Existe-t-il une recette garantissant ces effets tant convoités ? Même les destinations paradisiaques des tour-opérateurs ne sont, au bout du compte, que compromis entre les offres les plus originales et mon budget…

Alors, que restera-t-il quand les jours viendront à raccourcir ? Quel avantage aurais-je eu à tenter telle randonnée ou tel séjour exotique quand la fraîcheur automnale pointera ? Et quel souvenir en rapporterai-je dès que mon attention reprendra ses chemins obligés ?

Les photos numériques accumulées dans la mémoire de mon Ipad parviendront-elles à maintenir la saveur des bons moments ? On l’espère, si l’on en juge par le nombre de bras tendus partout où l’objectif flaire l’intérêt. Les enregistrements rapporteront-ils fidèlement le temps révélateur de mes aspirations : concert, aubade, récital… ? Ils paraitront peut-être déjà loin de l’ivresse de l’instant légèrement passé.

Au fond, une seule chose tiendrait si l’on juge les expériences connues. Il s’agirait d’entreprendre un récit auprès de ceux que l’on aime, comme si l’on voulait leur partager un peu de ce bonheur fugitif. S’Imaginer poète pour mieux consommer, en différé, tel moment dont le goût resterait, sans cela, prisonnier de l’intime. Oui, aimer son prochain c’est peut-être se sentir redevable de son bonheur en lui offrant une part du gâteau de notre été.

Me raconteras-tu ce que tu as fait, ce que tu as vu ou entendu en ce temps-là ?

Patrick Decléty, diacre