« Comme le Père m’a aimé,

moi aussi je vous ai aimés.

Demeurez dans mon amour. » (Jn 15, 9)

« Engendré non pas créé » : nous l’affirmons du Fils chaque dimanche à travers le symbole de Nicée-Constantinople. Le Fils est engendré du Père dans l’éternité. Dans le temps, celui qui est engendré engendre. Qui ? Les siens, nous, ses disciples. Pour le Fils, l’engendrement ne signifie pas un acte du passé mais un présent éternel. Ainsi, le Fils transmet à ses disciples, aux siens, ce dont il vit lui-même. Il les suscite, les engendre à sa propre vie filiale. Comme le Père l’a aimé, il les aime (cf. 15, 9) et cet amour est le reflet, l’expression visible de l’amour dont il est aimé par le Père à travers l’engendrement. De même, comme il a gardé les commandements de son Père, ils garderont ses propres commandements (cf. 15, 10). Dans l’histoire, le Fils a manifesté l’amour de Dieu, le visage du Père. Définitivement, sur la croix, ce visage est dévoilé.

Lorsque Jésus parle de son amour (cf. « Mon amour » en Jn 15, 9), il se réfère, dans le discours d’adieu, à l’amour concret témoigné au jour le jour pour ses disciples puis à son achèvement à venir sur la croix. Avant son départ vers le Père, fêté ces jours prochains à l’Ascension, il évoque, dans l’avenir, la permanence de cet amour à travers les disciples. Ce passé, le sien, inscrit dans le passé éternel de son engendrement par le Père, constitue désormais leur présent et ouvre l’avenir d’une « demeure » dans l’amour. La joie de Jésus (cf. « Ma joie » en 15, 11) devient leur joie (Cf. « Votre joie ») ; sa connaissance, à savoir ce qu’il a entendu auprès de son Père (cf. Jn 15, 15), leur connaissance. Il leur a communiqué cette connaissance comme à un ami. Ce qui lui revient en propre est transmis aux siens pour le monde. Le don va de pair avec une exigence. En ce sens, il est engageant.

Les « amis » de Jésus (15, 14) doivent à leur tour aller et porter du fruit, en gardant le commandement de l’amour mutuel. Celui qui est engendré de toute éternité les a engendrés en un prolongement et un fruit de son propre engendrement. Tel est le don exigeant et fécond qu’il nous fait pour la vie du monde.

P. Nicolas Delafon