19 mars 2017 – 3ème dimanche de Carême

Si tu savais le don de Dieu

Lumière de midi, la soif, un puits, une femme samaritaine, Jésus : dans le long et magnifique Evangile de Jean proclamé ce dimanche, il est une de ces phrases qu’une fois entendues, on n’oublie pas. Ce sont des mots qui demeurent gravés au fond de notre cœur et sont lumière sur nos pas : « Si tu savais le don de Dieu …» (Jean, IV, 10).

Comme un cerf altéré cherche l’eau vive,
Ainsi mon âme te cherche, toi, mon Dieu
Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant. (Ps.41)

Chacun d’entre nous est aimé de Dieu ; chacun d’entre nous a du prix à Ses yeux. Tels que nous sommes, avec nos talents et nos faiblesses, Dieu nous aime. Il nous a donné Son Fils pour qu’Il vienne à notre rencontre ; Christ sauveur, pierre sur laquelle se brisent nos péchés. Saurons-nous jamais jusqu’où va l’amour de Dieu pour chacun de nous ?

Reconnaitre en nous le don de Dieu conduit à la joie de se savoir aimé, à la paix, au rayonnement missionnaire. Telle la Samaritaine, chacun s’émerveillera de sa propre dignité, bien au-delà de la perception qu’il a de lui-même et des blessures de son âme.

Sans doute, il nous faut emprunter un chemin parfois escarpé. C’est une lutte contre les pesanteurs, les ténèbres qui nous entourent, avec pour nous y aider les armes pacifiques de la prière, du jeûne et du partage. « Ainsi vous serez capables de comprendre avec tous les fidèles quelle est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur » de l’amour du Christ pour nous (St Paul, Ephésiens III, 18).

Le Carême est une bienveillante invitation à changer de regard sur sa vie pour y trouver les traces de la présence du Christ, source inépuisable d’eau vive, et connaître la joie de Pâques.

Alors la nuit de ton combat sera lumière de midi.

 

Xavier Riffaud, diacre