8 janvier 2017 – Épiphanie du Seigneur

Je ne vous parle pas des mages que la Tradition désigne par « Rois Mages », faisant le rapprochement avec Isaïe déclarant : « les nations marcheront vers ta lumière, et les rois vers la clarté de ton aurore ». Mais j’aimerai plutôt vous parler des deux autres Rois de l’Évangile. L’un vit à Jérusalem dans un palais ; l’autre à Bethléem, dormant paisiblement dans une mangeoire. Quand le premier apprend la présence du second, il est bouleversé. Pour Hérode, hors de question de partager son pouvoir avec ce « jeune blanc-bec ». L’un des deux est en trop.

Il est bon de constater que notre vie est un va et vient entre ces deux Rois. Hérode, c’est celui qui en nous est désir de puissance, de domination, qui nous conduit à la violence, au mépris, au mensonge…. Et Jésus, c’est celui qui nous invite à l’humilité, à l’amour, à la vérité, la vie. Malheureusement, trop souvent, nous préférons Hérode plutôt que Jésus. Il est vrai qu’il peut nous arriver de percevoir Jésus comme une menace, qui vient perturber notre petit confort mondain et nos manquements à la sainteté. Hors de question, de le laisser gouverner. Hors de question de changer de vie. Et pourtant… combien nous serions heureux d’avoir « le petit Jésus comme Roi ».

Voilà, ce que les mages avaient saisis en se rendant à Bethléem. Ils su reconnaitre en Jésus, le vrai, l’unique, le véritable Roi. De Hérode à Jésus, ils sont passés d’un roi à l’autre, du mensonge à la vérité, des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie, du royaume terrestre au Royaume céleste.

Et si nous les suivions et nous nous laissions guider jusqu’au divin enfant ?

Là, devant lui, nous pourrions alors nous prosterner, lui offrir, non pas de l’or, de l’encens ou de la myrrhe, mais tout simplement notre vie, comprenant que déposer à ses pieds nos humbles vies, ce n’est pas s’appauvrir, mais s’enrichir.

Alors comme les rois mages en Galilée suivaient des yeux l’étoile du berger, « réjouissons-nous d’une très grande joie » et marchons vers Bethléem

               Père Bruno de Mas Latrie