COURAGE, AU TRAVAIL !

« Rendez votre cœur attentif !

Vous avez semé beaucoup, mais récolté peu. 

Rendez votre cœur attentif !

Ma Maison est en ruine,

quand chacun de vous s’agite pour sa propre maison.

Reste-t-il encore parmi vous quelqu’un qui ait vu cette Maison dans sa gloire première ? Eh bien ! Qu’est-ce que vous voyez maintenant ? N’est-elle pas devant vous réduite à rien ? (…) Et le peuple éprouva de la crainte devant le Seigneur. »

Qui parle ? Dieu, par l’entremise d’un prophète. Quand ? En 520 avant J.C.  Qui est ce prophète ?  Son nom est « Aggée ». Il constate l’état de ruine du temple de Jérusalem, la Maison de Dieu. De beaux projets, mais des espérances déçues : « Vous avez semé beaucoup, mais récolté peu. »  La Maison de Dieu, en réalité l’Alliance de Dieu avec son peuple, est en ruine. Voyant cela, entendant cela, « le peuple éprouva de la crainte devant le Seigneur ». Alors seulement, le prophète Aggée peut lancer au nom de Dieu l’exhortation positive et vibrante : « À présent, courage, tout le peuple du pays ! Au travail ! Je suis avec vous, selon l’engagement que j’ai pris envers-vous à votre sortie d’Égypte. Mon Esprit se tient au milieu de vous : ne craignez pas ! » Quelques décennies plus tard surgira le deuxième temple de Jérusalem, surpassant en splendeur le premier.

Ruine et relèvement. Belle leçon.

Rendons notre cœur attentif ! Attentif à l’histoire sainte. Elle nous enseigne. Rendons notre cœur attentif à nos manières de croire, de vivre, de prier, d’agir, d’annoncer. Nous sommes la Maison de Dieu. L’Alliance est entre nos mains. Comment en est-elle venue à cet état de ruine ? Quelle semence avons-nous abondamment disséminée sans qu’elle produise le fruit proportionné ? Comment nous sommes-nous agités « chacun pour sa propre maison » sans nous soucier de la Maison de Dieu ? À cette vue, laisserons-nous la « crainte du Seigneur », l’autre nom de la piété filiale, saisir nos esprits, nos cœurs, nos pensées ? Rendons nos cœurs attentifs à l’avertissement que nous lance l’histoire à travers la crise actuelle que traverse la Maison de Dieu.

Au creux de cette attention profonde du cœur, dans la « crainte du Seigneur » qui provoque une remise en question, nous entendrons peut-être cet appel énergique et lumineux : « Courage, tout le peuple du pays ! Au travail ! Je suis avec vous – oracle du Seigneur –, selon l’engagement que j’ai pris envers-vous à votre sortie d’Égypte. Mon Esprit se tient au milieu de vous : ne craignez pas !  La gloire future de cette Maison surpassera la première – déclare le Seigneur –, et dans ce lieu, je vous ferai don de la paix. » (Agg 2, 4 . 9)  

Père Patrick O’Mahony, curé