Dimanche 4 septembre 2016 – 23e du temps ordinaire

La vraie mesure de nos jours

Le temps passe mais la vie demeure ; l’été s’éclipse et la vie reprend. Première rentrée pour les enfants de petite section, retour à nos labeurs ordinaires, les premiers jours de septembre ont la saveur des commencements, cette saveur inusable de la rentrée des classes, celle de se remettre au travail, celle encore de découvrir de nouveaux visages.

Réforme ou pas, les chemins de l’école et du catéchisme sont ouverts. Ils introduisent petits et grands à l’expérience d’un art de vivre, l’art de se mettre à l’écoute, l’art d’entrer dans un rythme, l’art surtout d’entrer dans les choses. Car si le temps est ponctué de vacances – ce qui n’est pas si mal ! –, ce n’est ni pour y rester ni pour les attendre. C’est au contraire pour en sortir, le cœur léger et le corps reposé, pour entrer joyeusement dans la vie. Nous le savons bien, notre avenir ne se construit pas en vacances ! Il se construit à travers nos engagements, pour bâtir et planter, pour semer et transmettre.

Aussi est-il providentiel de rentrer de vacances pour entrer dans les choses, d’y entrer comme le Christ est entré dans le monde, humblement, courageusement. Ces premiers jours de septembre nous invitent ainsi à l’action et à l’effort, ils nous préparent à la joie du devoir accompli. Oublier les transats et le sable, retrouver son cartable, voici le petit défi offert à notre liberté pour agir par amour, pour étudier avec passion, pour éduquer avec persévérance.

Que l’invitation du Christ à tout quitter pour le suivre soit un appel à entrer dans ce que nous avons à vivre et à offrir. Que sa parole nous aide à choisir nos engagements cette année et à les vivre avec sa grâce. Son regard éveille notre enthousiasme pour servir et annoncer. Parce que le temps est précieux, consacrons-le à l’amour de la Vie ; c’est ainsi qu’il nous ouvre à l’éternité.

Père Alexis LEPROUX, curé